LA SANTE ET LE MONDE MEDICAL


 

1. Chez le médecin généraliste


Un vieil homme de 80 ans va voir son docteur pour un bilan annuel. Ce dernier lui demande comment vont les choses.

"Je suis en pleine forme !", répond le vieillard. "Je sors avec une jeune fille de 18 ans et je l'ai mise enceinte ! Qu'est-ce que vous pensez de ça, docteur ?
- Laissez-moi vous raconter une histoire. C'est une histoire vraie. J'ai un ami qui est un passionné de chasse, il n'a jamais manqué une
saison. Un jour, alors qu'il s'en allait chasser et qu'il était distrait, il se trompa et au lieu de prendre son fusil, il prit son parapluie. Alors qu'il se trouvait dans la forêt, il aperçu un ours qui fonçait sur lui. Il saisit son parapluie, l'épaula et appuya sur la poignée. Savez-vous ce qu'il se passa ?
- Non, répondit le vieillard interloqué.
- Et bien l'ours tomba raide mort à ses pieds !
- C'est impossible ! s'insurgea le vieillard. Quelqu'un a tiré à sa place !
- C'est exactement où je voulais en venir..."


(*) Je peux comprendre le stress que vous éprouvez lorsqu'on fait des commentaires sur votre poitrine... Au fait ! ... ce sont des vrais ?


Jules, 75 ans, va voir son médecin pour une analyse de sperme. Son médecin lui donne un petit flacon et lui dit de revenir le lendemain pour
l'analyse. Le lendemain, l'homme lui remet le flacon. Vide et propre. Le médecin lui demande pourquoi :

" - Eh bien voilà, docteur. J'ai essayé avec la main droite, sans succès. Avec la main gauche, rien non plus. Alors, j'ai demandé à ma femme de m'aider. Elle a essayé avec la main droite puis la gauche. Toujours rien. Ensuite, elle a essayé avec la bouche, avec ses dents, sans les dents. Toujours sans succès. Alors, on a demandé a la jeune voisine qui a essayé avec la main droite, la gauche, avec sa bouche, avec ses dents, sans ses dents...

Le médecin, choqué, l'interrompt :

- Vous avez même demandé l'aide de la voisine ?
- Eh oui, docteur. Vous voyez, on a tout essayé et on n'a toujours pas pu ouvrir ce putain de flacon !



Retour

 

2. Chez le pharmacien


Un jeune homme se rend à la pharmacie pour s'acheter des préservatifs. Devant la grande sélection disponible, il demande l'aide du
pharmacien en poste. Le pharmacien lui explique les différences, lui montre les modèles nervurés, ultra-minces, lubrifiés, etc...

"Je vais prendre le modèle de LUXE extra-plaisir, super sensation, ultra nervuré et lubrifiant" dit le jeune homme d'une manière vantarde...
Voyez-vous, j'ai mon premier souper chez les parents de ma nouvelle petite amie et... après le souper, nous allons fêter... et je sens que ce soir, c'est LE soir : elle est pas mal chaude et j'ai bien l'intention de me payer une bonne baise, si vous voyez ce que je veux dire...

(en faisant un clin d'oeil au pharmacien). Ca va chauffer toute la nuit ! Je vais en prendre une boite de 12".

Le soir, il arrive chez les parents de sa copine, et pendant tout le souper, il demeure très silencieux, réservé, regarde toujours dans son assiette et prend bien soin de ne pas se tenir trop proche de sa petite amie. Vers la fin du repas, elle se penche vers lui et chuchote :


"Je ne savais pas que tu étais si timide..." Le jeune homme lui répond : "Je ne savais pas que ton père était pharmacien !"


Un Major de l'armée écossaise, vétu de son kilt et portant sa cornemuse à l'épaule (bonjour le cliché) entre dans une pharmacie de Glasgow. Il s'avance au comptoir, fouille dans sa besace de cuir et en sort un préservatif tout ce qu'il y a de plus usé. Il le dépose sur le comptoir et dit :

- Combien ça coûterait pour le remettre en état ?
L'assistant en pharmacie, bien qu'un peu surpris par la question répond :
- ça vous coûtera 50 centimes...
Le major réfléchit puis demande encore :
- Et pour un neuf, combien cela ferait-il ?
- Pour un neuf, il vous en coûtera 2 francs 50.
- Merci.

Et le major quitte la pharmacie avec sa vieille capote. Une semaine plus tard, le même major entre à nouveau dans la pharmacie, il s'avance au comptoir, ressort son préservatif usé de sa besace, le pose sur le comptoir et s'adresse à l'assistant en disant :
- Le régiment a décidé d'en acheter un nouveau.


C'est un mec qui arrive chez le pharmacien et qui dit :

- je voudrais un truc qui fait pousser les cheveux !
- tenez prenez ça, y'a rien de mieux...
- mais, vous êtes sûr ?
- vous voyez le monsieur qui est à la caisse, avec une moustache ?
- oui !
- eh bien c'est ma femme ! Ça lui est arrivé en débouchant un flacon de ce produit avec les dents.


Retour

 

3. A l'école de médecine


Des étudiants en médecine reçoivent leur premier cours d'anatomie avec un vrai corps humain. Ils sont tous réunis autour d'une table
d'opération avec le corps recouvert d'un drap blanc. Le professeur leur dit :
- " En médecine, il faut avoir 2 qualités. La première, il ne faut pas être dégoûté. "

La-dessus le prof retire le drap, enfonce un doigt dans l'anus du mort et quand il le retire, il lèche son doigt.
- " Allez, faites la même chose que moi! " dit-il a ses étudiants.

Les étudiants après quelques minutes d'hésitation passent chacun leur tour, enfoncent un doigt dans l'anus du mort et le lèche. Quand tout
le monde a fini le prof les regarde et leur dit :
- " La seconde qualité c'est l'observation. J'ai enfonce mon majeur et j'ai léché mon index."

 

Retour

4. A l'hôpital


Lorsque l'informatique grand public entre à l'hôpital... Clin d'oeil à Mr Bill Gates et Mr Michel Serre pour ce cliché détourné. J'espère qu'ils me pardonneront d'avance.


Ben Quoi !

Guy et Denis sont des malades mentaux qui résident dans un hôpital psychiatrique. Un bon jour où ils passaient près de la piscine de l'hôpital, Guy plonge soudainement à l'eau et coule à pic au fond de la piscine.
Denis saute à son tour et va chercher Guy au fond pour le ramener sur le bord de la piscine.
Lorsque le directeur médical de l'hôpital apprend l'acte héroïque de Denis, il ordonne immédiatement de laisser sortir Denis de l'hôpital. Il le jugeait être maintenant mentalement stable à cause de cet acte de bravoure.
Quand le Directeur appelle Denis pour lui apprendre la nouvelle, il lui dit :
- Denis, j'ai une bonne et une mauvaise nouvelle à t'apprendre !
La bonne est que nous te laissons sortir de l'hôpital parce que tu a été capable d'accomplir un acte de bravoure en sautant à l'eau et en sauvant la vie d'une autre personne. Je crois que tu as retrouvé ton équilibre mental.
La mauvaise nouvelle c'est que Guy, le patient que tu as sauvé, s'est pendu dans sa salle de bain, avec la ceinture de sa robe de chambre !

Denis de répondre au Directeur :
- Il ne s'est pas pendu, c'est moi qui l'ai accroché là pour qu'il sèche !


 


Perles journalistiques :


Retour