Grandes leçons de vie

Pendant que le temps passe, les correspondances s'affinent, les complicités se dessinent, les liens affectifs se nouent. Devant la quantité d'informations qui vient de toute part, la correspondance écrite tire son épingle du jeu : les paroles relatant les petits détails s'envolent alors que les écrits restent. Ces petits détails, qui au hasard des événements de la vie, resurgissent inopinément et crée ainsi des situations parfois très agréables. Capitalisés en majeure partie sous la forme d'e-mails, je les relis souvent pour me redonner du moral dans les moments grisâtres. Ainsi je me crée un univers ensoleillé. Je m'arrête de temps à autre sur un détail pour rebondir en demandant davantage d'explications à son auteur. Bien sûr on peut procéder de la même façon lors d'une conversation orale. Mais cela demande une capacité à trouver les bonnes questions, une capacité de synthèse immédiate afin de ne pas perdre le fil de la discussion et une excellente mémoire. En bref, disposer d'une qualité d'écoute qu'il est difficile d'avoir à tout instant : selon mon moral je ne veux bien entendre ce que j'ai envie d'entendre. Au diable les détails ! L'écrit permet donc de "sauver" ces détails et d'y revenir plus tard.

Alors que je venais de me réactiver un univers ensoleillé, je me suis attardé sur un magazine immobilier. J'apprécie beaucoup ce genre de document en papier glacé déversant d'admirables photos. On se prend à rêver. C'est là que j'ai découvert la maison des rêves de Bernard. Je le savais amateur de menuiserie, l'annonce lui était tout à fait dédiée. J'ai numérisé immédiatement la photo pour la lui envoyer. Bingo ! Bernard, qui avait lu aussi ce magazine a flashé exactement sur cette même annonce.

L'onde choc de la nouvelle indiquant que j'ai la leucémie continue à se propager. Après la famille, les amis, les collègues de travail, les voisins, l'onde de choc arrivent par le bouche à oreille à atteindre les amis d'enfance pour lesquels j'avais perdu le contact depuis plusieurs années. Les retrouvailles épistolaires avec Binou, une grande copine d'enfance, me remplissent de plaisir. Si les souvenirs intenses me sautent au visage, pour Binou, apprendre cette mauvaise nouvelle écorche à vif son enfance.

Au gré des échanges d'e-mails, on se découvre des points communs et des différences, face à la santé, à la vie, à notre passé ou à nos aspirations. Stéphane, que je ne connais pas, m'a été recommandé par de Marie-Claude responsable de la FIIFO (Formation des Ingénieurs Informaticiens de la Faculté d'Orsay) dont je suis diplômé déjà depuis un bon nombre d'années. Stéphane y étudie actuellement mais à la suite d'une rechute se trouve hospitalisé de nouveau. Nous partageons notre expérience des séjours prolongés à l'hôpital et un certain nombre de principes de vie ou de survie. Sylvie, une collègue de travail, après l'ablation d'un kyste à un ovaire, se trouve déboussolée. Comme moi, elle sent son avenir basculer par la spontanéité et la violence de l'événement. La cause est différente mais l'intégrité corporelle et la Vie nous ont fait volte-face. Sa féminité est touchée au plus profond d'elle-même. Et puis, pourra-t-elle avoir des enfants à présent ? Ces échanges sont de grandes leçons sur la vie.

Comprendre et faire partager ce qu'il m'arrive, voilà mon combat. Le temps passe et mon analyse s'affine devenant méthodique, minutieuse et très technique. Avec des outils scientifiques, mon analyse se professionnalise. Sera-t-elle reprise par le monde médical ? En tout cas, celui qui tente de prendre le train en marche et qui n'a aucune connaissance du domaine risque d'avoir du mal.

Qu'elle soit privée ou professionnelle, vous continuez régulièrement à m'offrir une tranche de votre vie. Instant d'évasion qui me permet d'oublier mes tracas quotidiens.

 

1. La maison de mes rêves


From: Bernard Cxxxxxx
Sent: lundi 4 février 2002 12:57

Salut Régis,

j'ai su par Annie que tu étais passé à Buc, je sais maintenant pourquoi : la Galette ! Je suis heureux de lire que tu t'accoutumes à tes traitements et que tu sors plus facilement.

Figure-toi que, tout à fait par hasard, je suis passé hier soir à Bullion, et maintenant je sais où c'est. Ma fille ainée (17 ans) fait de la conduite accompagnée, nous sommes donc sur les routes surtout le week-end. La dernière sortie était au-delà de Rambouillet et je l'ai fait rentrer par la campagne. Je ne suis pas sûr d'avoir repéré ta maison mais ma fille a bien réalisé que c'était là où habite cet ami qui me connaît si bien qu'il est capable de trouver la maison de mes rêves. C'est la première chose à laquelle pensent mes enfants quand je parle de Régis.

Noël est assez loin pour moi, je suis passé aux Tubes (manager - s'il vous plait) de l'équipe Etudes, consacrée surtout à la mammo. C'est une modalité qui manquait furieusement à mon arc (en bois, bien sûr)

Je ne sais quel cadeau te souhaiter pour cette nouvelle année ou plutôt je sais trop bien. Je souhaite, comme tous ici, te revoir de plus en plus souvent et un jour reprendre ta place parmi les laborieux employés de la grande compagnie (j'ai dit World ?). Amicales pensées. Bernard

2. Mon enfance est touchée


From: Binou
Sent: lundi 4 février 2002

Salut Régis,

En envoyant mes voeux à tes parents, je m'attendais pas à recevoir de tes "mauvaises" nouvelles. Dany ne s'est pas trop étendue sur sa carte postale, je compte sur toi pour m'en dire un peu plus. Elle me dit que depuis que tu es dopé à l'EPO, tu vas bien ! Est-toujours le cas aujourd'hui ? En tout cas accroche-toi. J'ai 2 copines atteintes de cancer et qui luttent depuis 2 ans déjà. Ca m'a fait mal de les savoir malades. C'est moins dur bien sûr, pour nous que pour elles et leur famille, mais on entend tellement dire que pour le moral, il faut que tout le monde s'y mette.

Pour toi, je ne sais pas comment te dire, c'est un peu de mon enfance qui est touchée. Les années ont beau tourner, je suis très nostalgique, j'aime penser au passé. Ma vie actuelle est moins rose que je ne me l'imaginais. J'ai parfois l'impression d'être dans une prison dorée, mes enfants grandissent bien, Fanny, 17 ans est en terminale ES. Elle se voit déjà dans un appartement l'an prochain avec son copain. Elle fait de la conduite accompagnée et ça me fait drôle de me faire véhiculer. Marion, 15 ans, est en seconde ES. Elle a des goût de luxe. Ses copains habitent Fontainebleau. Elle se voit déjà partir faire du cheval dans le Montana cet été ! Elle passe beaucoup (trop) de temps sur Internet. Elle "chat" avec les USA, j'espère que c'est le même prix qu'avec la France... Jordan aura bientôt 12 ans, et il est en 6ème. C'est un premier de la classe super anxieux. Je ne sais pas ce qu'il pourra devenir. Quant à Agathe (5 ans), elle, elle va pépère. Il ne faut pas trop la bousculer. Elle vient tout juste d'apprendre à faire du vélo sans roulettes et je ne suis pas sûre que cet été on arrive à lui apprendre à nager.

En ce moment, elle en est à la corde à sauter. Ce n'est pas triste et ce n'est pas gagné !

Quant à Gérard, il vieillit et comme beaucoup de mecs, il vieillit mal. Il aimerait pouvoir faire du sport et des travaux de force comme à 20 ans, mais à 45 on récupère moins vite et surtout on a quelques douleur par-ci par là.

Voilà que te dire de plus, si ce n'est que mon frère à épousé une Thaïlandaise, ma soeur viens de changer de copine, ma mère se soigne pour un cancer de l'utérus, elle devrait normalement s'en tirer pas trop mal, et mon père est sur la bonne "voix" pour ressembler au père shaddock ! Ne rigole pas, ce n'est pas très drôle. j'ai eu un peu honte de lui à Noël, surtout vis à vis de mes enfants.

Si tu as le temps, donne-moi des nouvelles des enfants et de Yves. Dany ne m'en a pas parlé du tout. Je te dis à bientôt. Embrasse toute ta famille pour moi. Binou.


From: Binou
Sent: lundi 4 février 2002

Salut c'est moi, j'ai bien reçu ton courrier. Je veux bien faire parti de e-fanclub mais je n'ai pas réussi à consulter ton site. Je t'avais dis que je n'étais pas douée.
Tu ne m'as pas donné de nouvelles de ton père? J'espère qu il est en forme. Est-ce que ton traitement te laisse le droit de sortir de chez toi? peut-être arriverons-nous à nous voir dans l'année ! J'aimerai bien revoir aussi Yves. J'ai vu il y a longtemps, des photos de lui, pas mal dégarni...

Bon je rêve, alors que j'ai mille choses à faire, le week-end est toujours très chargé. J'ai 7 bouches à nourrir et la maison est grande (trop). En plus, chouette, c'est carnaval bientôt... Agathe veut une robe de mariée... Comme si je n'ai que ça à faire! Allez plein de gros bisous. BINOU

 

 

3. Grandes leçons sur la vie


From: Stéphane Bxxxxxx
Sent: mardi 5 février 2002 22:39

Bonsoir...

Je vous adresse ce mail en guise de présentation, et surtout afin de vous adresser (je vais vite te tutoyer si tu le permets...) un message d'encouragement pour ta lutte quotidienne.

Paraplégique complet (perte de la sensibilité et de la motricité pour une atteinte de la 4ème vertèbre dorsale) depuis deux ans et demi à la suite d'un accident de la voie publique, j'ai repris mes études à la FIIFO, dont tu es un ancien élève à priori, en attendant de pouvoir retravailler (je te raconterai ça à l'occasion...), et surtout briser un peu le rythme que j'avais adopté depuis mon retour chez moi. J'ai malencontreusement passé un peu trop de temps au fauteuil (ah, les études !) au mois de décembre, avec pour conséquence l'obtention, non pas des exams, mais d'un superbe escarre (une pathologie assez courante chez les blessés médullaires) sur l'ischion droit, bouleversant ainsi ce début d'année 2002 avec un retour à l'hôpital de Garches où j'avais passé les 5 mois nécessaires à mon adaptation à mon nouvel état il y a de cela deux ans. Opéré mi-janvier (cela consiste essentiellement à enlever la sorte de carie que j'avais aux fesses, et de mettre un super plombage type portion d'ischio-jambier, et greffe de peau par dessus), la cicatrice a malheureusement explosé, me contraignant à une prolongation de mon hibernation involontaire...
[..]
Même si nos états de santé [..] sont différents, l'hospitalisation prolongée revêt à la longue un caractère commun, et je pense que nos expériences mutuelles sont proches en ce qui concerne le mental, et la gestion de l'affection.

En parcourant ton site, j'ai vu que tu habitais Bullion. J'ai passé 10 ans à Rambouillet entre 1987 et 1996. A l'époque je pratiquais activement le cyclisme, et bon nombre de mes sorties d'entrainement [..] passaient par Bullion. Que de bons souvenirs de ces sorties. J'ai même souvent couru en compétition à la fête de l'Ascension. Le slogan n'est-il pas : à l'Ascension tous à Bullion ? J'ai eu de bons résultats lors de ces courses : deux victoires et une seconde place sur le circuit Bullion-Moutiers-Carrefour Crussol-Côte de Montjoye (devant le centre technique de Clairefontaine)-La Celle les Bordes-Les Bordes-Bullion. Cela me rappelle des souvenirs agréables, alors que mon intégrité physique n'avait pas été entamée.

Au plaisir de te lire,
Steph.


From: Stéphane Bxxxxxx
Sent: mardi 12 février 2002 21:21

Bonjour et merci pour les photos !

Je crois deviner le chevreuil qui se cache dans le coin en bas à droite.

A te lire, je crois que nous partageons, outre l'expérience de séjours prolongés à l'hôpital, un certain nombre de principes (de survie ?) concernant les réactions face à nos conditions respectives. Je suis profondément convaincu que ces évènements, comme la maladie ou l'accident, ne fait que mettre en lumière certains de nos traits de caractères. Le fait de vouloir les "surmonter" ou simplement de les assumer est en nous bien avant et ces évènements nous donnent la possibilité de nous en servir. Ce besoin de se dépasser était là bien avant mon accident. Je n'ai fait que de le mettre à profit. En tout cas, je ne considère pas mon état comme un motif de laissez-aller, comme malheureusement, un bon nombre semble le faire. Je n'ai jamais voulu être assisté, et ce, dès l'instant où je me suis retrouvé dos à terre sur le périphérique. J'étais pleinement conscient que la route vers la "guérison" allait être très longue.

Mon accident s'est produit en sortant de mon travail par une belle journée de fin août. Jje me rendais à l'accouchement de ma femme pour notre second enfant, Antoine. Il a aujourd'hui deux ans et demi. J'ai également une fille, Juliette, qui a quatre ans et demi. Comme tu le dis, avoir des petits loulous, c'est un réel plaisir et une aide morale certaine. Ne serait-ce que pour eux, j'ai toujours voulu continuer à me battre pour redevenir autonome et pouvoir m'occuper d'eux. Nous nous sommes séparés avec leur maman depuis un peu moins d'un an car je ne pouvais pas supporter d'imposer ma condition physique. Pour des raisons diverses aussi. Cependant nous restons très proches. Nous habitons à moins d'un kilomètre l'un de l'autre et nous nous voyons quasiment tous les jours. Nous partageons la garde des enfants au mieux. Je découvre avec plaisir les joies de la paternité et la grande patience qu'elle nécessite. Quand je pense que j'arrivais péniblement à me prendre en charge à ma sortie d'hôpital, la possibilité de m'occuper d'eux me semblait vraiment impossible. Avec le temps, j'ai réussi à "surmonter" mon handicap et à redevenir complètement autonome : je reconduis, je fais mes courses, etc.

Je suis en procès avec la personne responsable de l'accident. C'est un conducteur un peu inattentif à l'arrivée des motards, un peu imprudents, qui circulent entre la première et la deuxième voie sur le périphérique. Arrivant sur ce véhicule qui change de voie subitement sans prendre la peine de mettre son clignotant et obstruant tout le passage pour la moto, il m'a obligé à me transformer en gymnaste, roi du triple salto avant. J'ai effectué une chute malheureuse après avoir survolé quatre voitures. Dos sur le bitume, j'ai pris conscience immédiatement de la fracture de ma colonne et des conséquences irréversibles. Une avocate, dont sa fille est restée tétraplégique à la suite d'une mésaventure analogue me conseille. Depuis deux ans et demi j'attends que la procédure aboutisse. Pour patienter, j'ai préféré reprendre mes études : l'informatique avance très vite aujourd'hui. J'ai donc abouti sur les bancs de la FIIFO, qui se trouve de plus à côté de chez moi : j'habite Orsay maintenant. En voilà un peu plus sur moi.

J'ai lu plus en détail ton site et ton parcours "au jour le jour" vers la guérison. Je te souhaite que celle-ci soit proche (encore une grosse année ?) et que cette expérience te renforce définitivement, au plus profond de ta "carcasse" !

A bientôt, bon courage pour le quotidien, Steph.


From: Stéphane Bxxxxxx
Sent: jeudi 28 février 2002 09:41

Bonjour Régis,

J'ai pris un peu de temps pour te répondre car j'avais quelques difficultés à me servir de mon ordianteur ces derniers jours. La cicatrice s'est réouverte dimanche dernier. J'ai dû adopter une position qui ne me facilite pas la frappe. Ma sortie est reportée, moi qui comptais initialement sur la fin du mois de février. Je suis contraint de prolonger cette période d'hibernation. En fait, je n'ai pas le choix. La zone opérée doit être renforcée afin que je puisse retrouver mon fauteuil de nouveau. Pas facile d'être paraplégique tous les jours. [..]

Je garde le moral au beau fixe tant la sympathie [..] des gens de la FIIFO, me fait chaud au coeur. C'est vrai qu'ils se mettent tous en quatre pour m'apporter les cours et les polys. Depuis la reprise de février, cela me permet de suivre les différents cours, même si c'est beaucoup plus difficile que sur place. Enfin, je profite de cette semaine de congés-répit pour rattrapper mon retard !

J'arrête de parler de ma petite personne pour te demander de tes nouvelles. Où en es-tu ? J'espère que le moral va bien, j'essaie sinon voici un peu du mien sous forme électronique. [..] J'espère que tu profites un peu de la forêt, même en ce moment, elle me manque énormément ! j'espère que tu profites de ces ballades à pied ou en VTT dans cette si belle forêt qu'est celle de Rambouillet. Je me souviens de ces fins de journées passées sur le vélo, au moment où les animaux commencent à apparaître, des moments magiques...

A bientôt, Steph.

P.S. Je profite de ce mail pour vous lancer une invitation à venir manger à la maison dès que je serai de retour dans le "real world" (la date reste encore incertaine, compte tenu de mon agenda très chargé du moment...)


From: Sylvie Jxxxxxx
Sent: dimanche 24 février 2002 17:40

Bonjour Régis,
Ton mail m'a fait très plaisir. J'ai été opéré à la clinique Hartmann de Neuilly. Maintenant je suis chez moi en convalescence quelques temps.

L'épreuve est assez difficile pour moi, tout a été si soudain ! Un matin, en passant une échographie j'ai appris que j'avais un kyste de 10 cm x 8 cm x 8 cm à un ovaire. Il fallait l'enlever d'urgence. Quelques jours plus tard j'étais opérée et, dans la salle de reveil, le chirurgien m'a annoncé qu'il avait du enlever l'ovaire. En fait il n'existait déjà plus, il avait implosé. Il m'a aussi dit que ca avait été fait sur le fil du rasoir : si ca avait été pris un tout petit peu plus tard je risquai une infection généralisée, voire d'y passer. Cela fait beaucoup d'un coup ! Je n'ai pas encore eu le temps de tout mettre en ordre dans mon esprit. Je viens d'apprendre après analyse du kyste que celui-ci était benin. C'est la bonne nouvelle. Mais ce qui est dur pour moi, je ne sais pas si on peut me comprendre, ma réaction peut paraître exagérée pour certaines personnes je ne sais pas, c'est qu'on m'a enlevé une partie très importante de mon corps, de mon entité de femme et que je ne récupérerai jamais.

Quand je laisse parler ma tête, je sais qu'on m'a sauvé la vie, et que j'ai évité le pire, et que maintenant les choses vont probablement rentrer dans l'ordre, mais quand je laisse parler mon coeur, je ressens un vide, on a enlevé quelque chose qui était en moi.
Je pense, surtout j'espère, que le temps m'aidera à accepter ce qu'on m'a fait.

Toi qui traverse une épreuve beaucoup plus difficile que moi, je te tire mon chapeau. C'est vrai qu'il faut s'accrocher et qu'il n'y a que notre force de caractère et le soutien des autres qui peut nous aider.

Merci pour ton mail, j'espère que tu vas mieux. A bientôt. Sylvie.

 

4. Le temps passe et mon analyse s'affine


From: Pascale Wxxx
Sent: lundi 4 février 2002 09:55

Régis,
Ta pêche fait très plaisir à lire. Je suis impressionnée par la qualité de ton analyse scientifique : je parierais même que les toubibs ont rarement eu l'occasion d'avoir un tel suivi des réactions par patient. Une "best practice" (bonne pratique) :vont -ils l'appliquer aux autres patients ?

A bientot j'espere!

Pascale


From: Véronique L'Hxxxxxx Sxxxx
Sent: lundi 4 février 2002 09:42

Hello Régis,

Je suis toujours aussi impressionnée par tes emails, par la façon dont tu appréhendes ta maladie. Quel courage ! Quel professionnalisme ! Je dirai, car c'est vraiment l'impression que j'ai quand tu décris tes symptomes, l'évolution de la maladie, l'effet des différents traitements : tu nous donnes vraiment à chaque fois une grande leçon de vie !

Je profite de cette nouvelle année, déjà bien avancée, pour te présenter tous mes voeux, ainsi qu'à Francoise, Fanny et Théo.

La famille S. va bien. Nous attendons les vacances de Février avec impatience, sinon le rythme ecole-boulot, dodo a repris tranquillement. Bonne année, Véronique


From: Jean-Luc Mxxxx
Sent: mardi 5 février 2002 11:16
Cher Régis,
Je rentre d'un déplacement en province et j'en ai profité pour retenir nos lieux de vacances de cet été. Nous partons désormais en famille avec Isabelle et Coraline. Je suis chargé de trouver maisons et lieux adéquat. Puis-je transmettre de tes nouvelles à mes soeurs et ton adresse Email ? Je ne comprends pas grand chose aux termes techniques que tu utilises mais il faut dire que j'ai un handicap d'un an, il va falloir que je suive des cours de rattapage !

Bises à vous tous, Jean-luc

 

 

5. Tranche de vie

From: Michèle Vxxxx
Sent: mercredi 13 février 2002 18:40

Bonjour Régis, bonjour à Françoise, à Fanny et à Théo.

J'ai vraiment aimé faire la connaissance des deux pitchounets. Ils sont sages comme des images, doués de raison, pétillants et semblent très bien s'entendre.

Merci pour ces belles photos ARPO. J'en parlerai au bureau de l'association. Je te souhaite de continuer à être tonique, vaillant et je regrette un peu de ne pas avoir pu te consacrer plus de temps le 15 décembre. C'est le problème des grosses fêtes, il y a plein de gens, mais tous ne peuvent pas être bien rencontrés ! Compte sur nous pour t'envoyer messages et entrain.. A bientôt pour une autre fête, plus petite. Bisous, Michèle.


 

From: Azita
Sent: mercredi 6 février 2002 10:43
Subject: marketing

Hello mon petit Régis,
J'espère que tu vas beaucoup mieux. Tu as le bonjour de mes parents que j'ai eu au téléphone dimanche. Mon petit "zérome" est à l'armée et heureusement qu'il y a Valentin pour m'occuper sinon je vais péter les plombs !

Dis donc, j'ai appris plein de chose avec ton arbre généalogique : Françoise a un deuxième prénom. Je ne le savais pas, même après 10 ans d'amitié, on apprend encore des choses ! Et ton beau papa est né une drôle de date (le 11 septembre) ! Tu me diras, il y a plein de dates comme celle-ci mais avoue que celle-ci a été tellement médiatisée qu'on ne risque pas de l'oublier.

Bon, je vais bosser un peu en attendant ton prochain mail. Un petit cours de Marketing. Gros bisous à Madame Françoise Suzanne et aux petits loups. Azi


From: Pierre Bxxxxxxxx
Sent: mercredi 6 mars 2002 21:30
Subject: un rayon de soleil de Montpellier

Salut Régis

Quelques nouvelles de Montpellier, en attendant le retour du printemps, je me suis lancé dans le bricolage. Je suis le client préféré de CASTORAMA, dommage que tu ne sois pas là pour me conseiller. Si tout va bien du coté boulot, je vais refaire ma salle de bain et ma cuisine. Je me lance dans la plomberie. Le but est d’installer la machine à laver dans la salle de bain afin de libérer la place dans la cuisine. Le ‘’must’’ serait aussi d’enlever la baignoire et la remplacer par une douche. Aussi, si tu entends au infos des inondations du coté de Montpellier ne soit pas surpris.

Quant au boulot, avant de pouvoir mettre Bill Gates au chômage, nous sommes à la recherche d’investisseurs pour pouvoir passer la date limite du mois d’Août. A+

P.S. Dis à Françoise que je suis toujours acheteur pour ses toiles de Maître, s'il lui en reste…


From: Jean Vxxxxxx
Sent: dimanche 24 février 2002 20:45
Salut cousins,

Merci pour les photos. C'est "Toto" qui nous a le plus frappé : c'est maintenant un grand gamin qui a perdu sa tête de bébé ! Nous sommes heureux de voir que vous pouvez à nouveau vivre une vie normale avec ses fêtes et pour le bonheur de tous et en particulier des enfants.

Chez nous, tout va bien à part Anne qui s'inquiète de ne pas être plus rapidement enceinte. D'ici quelques mois nous pourrons aussi vous envoyer des photos mais d'un nouveau-né. Grosses bises à tous, Chantal & Jean.


From: Carole Fxxxxxxxx
Sent: lundi 4 mars 2002 23:02
Salut Régis

Je suis contente de te lire et d'apprendre que tu vas de mieux en mieux. Ca fait plaisir. Pour répondre à ta question, le snowblade c'est un ski raccourci que tu chausses en paire bien sûr et qui te permet d'aller vite. L'avantage c'est que c'est léger et que tu le pratiques sans bâton et sans technique. Les gamins adorent ça. L'inconvénient c'est que dans la poudreuse c'est difficilement maniable.

Tu encourageras Françoise de ma part pour les projets qu'elle est en train de mener. C'est super comme idées. A quand une expo à Paris pour que je puisse aller découvrir ses œuvres ? Te verra-t-on au w-e de kayak ou au w-e d'escalade en juin, puisque les séances de chimio s'espacent ? On t'attend impatiemment. Prends soin de toi. Bien chaleureusement Carole

 

 

6. Des nouvelles du boulot


From: Laurent Mxxxxx
Sent: mercredi 6 mars 2002 21:28
Subject: procrastination

Régis,

Il y a fort longtemps que je ne t'avais envoyé une e-missive. Entre la folie de la journée, qui me pèse plutôt en ce moment, et celle de la soirée où je n'ai pas le temps de faire le quart de ce que j'aimerais, il y a plein de choses que je procrastinationne. Par exemple, t'envoyer un email.

Côté boulot, tu es peut-être au courant de quelques déboires médicaux. Sylvie a été opérée d'un kyste à l'ovaire. Le chirurgien a dû lui retirer, c'est dommage pour une fille aussi jeune. Comme on peut s'en douter, elle a le moral en montagnes russes. Didier a eu un accident de voiture : une voiture venant d'en face a coupé le virage. Il est mal en point depuis trois semaines, rien de cassé, mais il a mal partout. Ils devraient être tous les deux de retour lundi.

Côté positif, on vient de finir une passe des tests systèmes pour voir l'état d'AW avant le ME. Résultat : 1050 bugs (je ne parle que des non résolus...). Record battu ! Bref, je nage comme un poisson dans l'eau au milieu de tous ses SPR. Je pense que Rational devrait au moins m'envoyer un mug, voire un Tshirt, pour la quantité de SPRs que je manipule. Michel F. a de nouveau rejoint l'équipe il y a quelques semaines. Demain, c'est Marie-Noëlle qui revient. AW est tellement bien que certains ne peuvent pas le quitter pendant bien longtemps.

Avec les jours qui rallongent, je refais quelques balades, soit en Normandie, soit en région parisienne. Je ne connaissais pas la Normandie avant, mais je dois avouer que les falaises le long de la Seine, les rivières au milieu des champs, les maisons à colombages, Rouen... ont un charme certain. Je vais finir par devenir un spécialiste du sujet. Plus loin, je pars en rando aux Canaris (La Gomera) durant la seconde moitié d'avril.

Je me remets à la cuisine après quelques années d'abstinence. Mais je suis vite retombé dans mes péchés mignons : pâtisserie et plats mijotés en casseroles. Il faudrait que j'élargisse la gamme : je maîtrise mal le poisson. Mais le plus important, c'est sans aucun doute les cocktails ! Quand je pense à toutes les recettes que je n'ai pas encore testées.

Je te souhaite, à toi et à toute la famille, une bonne fin de semaine. Amicalement, Laurent


From: Foubert, Caroline (MED)
Sent: jeudi 21 février 2002 10:40

Quel plaisir, Régis, d'avoir de tes nouvelles ! Eh oui, 30 ans, ça donne un coup au moral, mais j'ai fêté décemment ce changement de dizaine le WE dernier (Guadeloupe) et cela m'a remonté le moral ! Oui, je sais que tu me suis de très près en âge !

Comment vas-tu ? Es-tu dans une passe de bonne forme ? Tu dois profiter de tes enfants pendant ces vacances scolaires ! Chez nous, les filles sont parties en Bretagne seules par le train. Je les ai conduites à Montparnasse hier et elles étaient fières comme tout de voyager seules ! Me voici rassurée, les 2 petites marchandises sont arrivées à bon port ! J'avais pris 2 jours de congés pour rester avec les enfants, je reviens aujourd'hui où tout est calme.

J'espère que tu auras l'occasion très vite de "visiter" et inaugurer le petit local serveur transformé en partie en coin détente... Hum ! c'est un bien grand mot ! Le frigo est de bonne taille et pour l'été qui arrive, les cures de laitages seront prometteuses.

Eric est en congés cette semaine, il est parti complètement surmené et malgré ma pression pour qu'il signe ta note de frais, il ne l'a pas fait ! J'espère que cela ne te pénalisera pas pour tes comptes. Je chope Eric dès lundi. Amitiés à tous les deux !


From: Fabienne Bxxxxxx
Sent: lundi 4 février 2002 21:43

Salut Régis,

Désolée, je voulais t'envoyer mes voeux en début d'année puis j'ai laissé le temps filer. En tout cas, je pense bien à toi et j'espère que 2002 sera l'année du retablissement et de tous tes espoirs exhaussés, apres la dure année que tu viens d'avoir. J'ai de tes nouvelles régulièrement, surtout par Claire et par Caroline. Malgré les hauts et les bas par lesquels tu es passé, tu as l'air d'avoir un esprit combatif hors du commun ! Penses-tu retourner chez GE (même à temps partiel) avant la fin de cette année ? Bien amicalement, Fabienne


Retour au début